Révélation du plus grand secret du Collegium

Première Partie

Vu dans le Faucon de Velika

Les récents évènements arrivés à Velika ont conduit les éditeurs du Faucon à se demander si une sorte d'opération militaire secrète de grande envergure n'était pas en train de se préparer juste sous le nez des citoyens. Un certain nombre des personnalités clés de la Fédération ont été convoquées à la hâte et rapatriées du front Argon, et d'autres personnages notables ont déferlés sur la ville de toutes les directions comme une pluie torrentielle pour finalement disparaître vers les niveaux inférieurs du Collège des Arcanes. Nos messages envoyés aux Arcanistes sont restés sans réponse et nos journalistes ont été gentiment mais fermement refoulés par le chien de garde du Collège, Tysur. Nous avons demandé à notre meilleur journaliste d'investigation, Gavrel, de creuser plus profondément sur le sujet. Son premier rapport se trouve ci-dessous, d'autres suivront à mesure que son enquête se poursuivra.

 Velika-La tension est palpable dans le quartier qui abrite le Collège des Arcanes. Du personnel militaire a été placé à toutes les entrées, et seul un petit nombre d'arcanistes peuvent passer. Ce qui a surtout piqué ma curiosité c'est l'union entre les militaires et les arcanistes qui travaillent de concert pour fermer le centre d'apprentissage de la magie de Velika à tous les visiteurs.

Enfin, parfois un personnage caché sous une capuche est autorisé à entrer. Si je ne me trompe pas, celui que j'ai vu se tenant dehors plusieurs nuits de suite était Leander, le frère d'Elleon, le héros de la guerre contre les Argons et éminent chercheur et auteur. Je suspectais que Leander n'était en fait personne d'autre qu'Elleon lui-même, mais j'ai peut-être couvert trop de complots pour avoir une idée claire à ce sujet. Ou peut-être pas ; J'ai aperçu le Capitaine Dargarishas et les portes se sont refermées sur eux deux. S'il est impliqué dans cette affaire, il y a des chances qu'Elleon -son ami et partenaire durant l'expédition- y soit aussi enfoncé jusqu'au cou. Une source anonyme à l'intérieur du Collège m'a dit : « [i]Tout ce que je sais, c'est que ça bouge beaucoup là-dedans. Quelqu'un a découvert quelque chose, et ça prend une importance démentielle, mais ça n'a rien à voir avec les Argons.[/i] »

Je n'ai pas revu l'homme que je soupçonne d'être Elleon, mais un de mes associés a réussi à apercevoir Leander le lendemain prêt à partir en Pégase. La maîtresse de vol Adella ne voulait rien dire mais quelques pièces d'or d'une main à l'autre l'ont faite changer d'avis : la destination du frère d'Elleon était Popolion, et apparemment il était très nerveux.

Alors, qu'est-ce qui est assez grave pour que les plus hautes autorités militaires fassent tant de mystères et se retrouvent toutes au même moment à Velika ? Quel est ce secret qui justifie que l'on ferme les portes du Collège des Arcanes aux arcanistes eux-mêmes ? Je ne sais pas encore mais je vais tout faire pour le découvrir.

-Gavrel.

Pour le Faucon de Velika.

Seconde Partie

Vu dans le Faucon de Velika :

Le journaliste d'investigation Gavrel poursuit son enquête sur les récents évènements qui se sont déroulés au Collegium des Arcanes de Velika, et il déjoue avec adresse et excitation tous les mystères sur ce qui pourrait bien être la plus grande aventure civile que nous ayons connu.

Plaines de Velika-Suite des évènements qui se déroulent dans et autour du Collegium, quelques détails ont filtré des réunions top-secrètes qui se déroulent là, dans les plus bas niveaux de la bibliothèque, et sont parvenus jusqu'à mes oreilles. Selon mes sources, à l'intérieur, des factures sont arrivées ces quatre derniers jours, des deux continents, pour des fournitures et du matériel, et même pour des locations de wagons et de charretiers pour amener le tout quelque part. Mais où exactement ? Cela reste encore un mystère.

D'ailleurs, qui sont toutes ces personnes mentionnées dans un ordre de recrutement secret ? Arcaniste, Astronome, Botaniste, Maître de Téléportation, Mytho-Historien, Cryptozoologue (!)... Pourquoi tant d'embauches, si diverses ? Pourquoi des scribes et des « techniciens d'excavation » ? Et pourquoi les jeunes chercheurs du Collegium arpentent-ils la ville à la recherche d'un sextant ?

Après mûre réflexion, j'ai décidé de me servir de cette campagne de recrutement pour des conducteurs. Un ouvrier du nom de Lek a été engagé à la Porte Ouest de la ville par un fonctionnaire du Collegium, un mineur, il y a deux jours, pour charger leurs chariots. Suivant les indices remis par mon contact de l'intérieur, j'ai parlé à ce Lek, il y a trois nuits, dans une auberge en dehors de la ville. Le lendemain matin mes poches étaient plus légères d'une centaine de pièces d'or et j'étais bien caché dans une caisse de « denrées périssables » en route pour la côte ouest d'Arun.

Si jamais vous êtes tenté par l'attrait d'un voyage en wagon, secoué de cliquetis et avançant sur des routes défoncées, caché dans une caisse en bois, serré contre vous-ne-savez-quoi et ce, dans une chaleur étouffante... Je vous recommande de vous installer à l'ombre et de penser à prendre quelque chose à boire avec vous, ou d'attendre jusqu'à ce que l'envie vous passe. Rien de moins que la plus grande enquête qu'il m'aurait été donné de mener n'aurait pu me convaincre que c'était une bonne idée, et ça c'était avant de le vivre.

Malgré l'eau et la nourriture discrètement glissées chaque soir, rapidement, par mon nouvel ami Lek, j'étais épuisé lorsque nous sommes enfin arrivés sur la côte. Assoiffé, affamé et j'avais mal à des endroits dont je ne soupçonnais même pas l'existence avant. J'étais euphorique de percevoir la sensation de la mer autour de moi, d'entendre le clapotis des vagues sur la rive d'Arun, et surtout de sentir ma « prison » se soulever et venir se poser dans la cale d'un dirigeable en route pour une -pour moi en tous cas- destination inconnue. Lorsqu'enfin le personnel eut disparu, Lek vint me sortir de ma caisse, recouverte de couvertures de rechange et de toiles de tente. Je titubais sur le quai mais la vue était impressionnante, difficile de la décrire avec de simples mots.

Il semble que je sois arrivé sur une île entourée de falaises immenses desquelles l'eau, venant de la mer, s'écoule sans cesse. Des faisceaux lumineux traversent le ciel de tous côtés. L'Oeil de Balder, très visible, est rassurant, ce qui signifie que je n'ai pas quitté le monde que je connais, mais où suis-je exactement ?

-Gavrel.

Envoyé par messager.

Troisième Partie

Une autre dépêche de Gavrel est parvenue aux éditeurs du Faucon depuis la côte ouest d'Arun. Nous ne savons toujours pas exactement où se trouve Gavrel, mais au moins nous savons jusqu'où il se trouvait récemment : dans un endroit appelé « Ile de l'Aube »

Ile de l'Aube-Peu importe là où j'avais débarqué, il me fallait trouver un lieu sûr, faire profil bas et avoir une idée de ce qui m'entourait. A en juger par la taille de l'habitacle qui flottait au-dessus de la cale, il n'y avait pas plus d'une dizaine de personnes à bord, et un étranger se serait fait remarquer comme un Bec-de-Pierre dans un troupeau d'oiseaux bleus.

J'ai regardé autour du quai de chargement et j'ai remarqué une Elfe qui me scrutait d'un œil mauvais. J'ai vite pris des mains d'un Popori qui passait, une charge de toile de tente. « Je suis avec vous » lui ai-je dis en interposant les toiles que je portais entre mon visage et le sien.

« L'Humain est avec moi, Axelle » lui expliqua le Popori de manière rapide, comme si nous étions pressés. Il passa devant moi et nous avons rejoint un terrain découvert où les ouvriers haussaient un pavillon, il me fit signe de déposer la toile.

Je l'ai emmené à part, cachés derrière un arbre et tournant le dos aux ouvriers. « Où sommes nous ? » Lui ai-je alors demandé.

« Un nouveau lieu, jamais vu auparavant », me dit-il. « Encore humide de l'océan qui lui a donné naissance. » Il me tendit une main pleine de fourrure et j'y déposais des pièces d'or. « Mmmm. L'or vous permettra d'acheter les services d'un guide au camp de base » dit-il en dévoilant nombre de petites dents pointues dans un grand sourire, avant d'empocher l'or. « Je suis Barzon, et peu importe votre nom je m'en rappellerai pas. »

« Et pour les détails ? »

« Je répondrai à tout ce que tu pourras demander avant qu'on arrive au camp. En route ! »

Nous sommes passés sous une arche de pierre terriblement altérée par le temps alors qu'elle se trouve dans un « nouveau lieu », et au loin j'ai vu une immense colonne de pierres blanches et bleues, elle fait des centaines de mètres de haut. Et à son sommet se dresse un arbre colossal de couleur lavande qui se hisse encore plus haut dans le ciel et transpercé de millions de rayons luminescents. Autour de la colonne, des fragments de pierre sont en suspension, comme si une explosion avait eu lieu, sans se terminer, mais qu'elle était toujours imminente. « Au nom d'Arun, qu'est-ce que c'est ? » Lui ai-je demandé, à l'arrêt, totalement indifférent au fait qu'on me voit où qu'on m'entende.

« Personne ne sait ! C'est nouveau ! »

« Mais ça ne peut pas être nouveau ! Cet arbre doit être vieux de plusieurs siècles ! »

« Notre monde n'a jamais vu ça », il haussa les épaules, « alors c'est nouveau. »

Le reste de notre conversation n'a pas été plus instructive, et j'ai lutté pour obtenir des réponses tout en essayant de le rattraper. Ce n'était pas facile, je n'arrivais pas à détacher mes yeux de cette colonne, cet arbre, cette explosion figée. L'île -ils l'ont appelée l'Ile de l'Aube- est récemment apparue du fond de l'océan qui sépare Arun et Shara, et juste après une série de réunions secrètes eut lieu à Velika. Kubel, Elleon et Dargarish ont monté une expédition à la hâte pour l'explorer. « Qui sait ce que nous allons trouver ? » s'exclama un Barzon très enthousiaste.

Et malheureusement, nous étions sur le point de le découvrir. Alors que nous traversions un point (fait de pierres usées et recouvert de mousse), un Ghilliedhu grand comme une petite maison s'est tourné vers nous, les yeux rougeoyants et un visage inquiétant. Barzon a crié et nous avons fui dans la direction opposée, tout droit vers un autre Ghillie, encore plus grand que le premier, il avait six yeux et une corne plus grande qu'un Baraka. Barzon se faufila entre ses jambes et continua sa course, mais étant deux fois plus grand que lui ça n'était pas une bonne solution pour moi. J'étais pétrifié, le deuxième Ghillie leva un point géant et était prêt à me transformer en viande crûe.

« Roule ! » A crié quelqu'un, et je me suis laissé tomber au sol et ai roulé dans une direction que je priais pour être la bonne, et le sol se mit à trembler. J'ai regardé vers le Ghilliedhu, sa face était rouge, enragée, un instant plus tard un éclair de glace le frappait juste au dessus des yeux avec un bruit d'éclatement de milliers de verres et il bascula vers l'arrière, abasourdi. Deux boules de feu successives le frappèrent en plein torse avant qu'il ne retrouve son équilibre et il chancela pour de bon avant de s'effondrer. Il mourut en poussant un cri rauque qui fit vibrer chacun de mes os. L'autre Ghillie suivit le même chemin et fut au sol trois secondes plus tard, achevé par deux sorts de glace et de feu.

« Je suis Viria », déclara une minuscule Castanic à la peau rouge-feu, elle rangea son disque de sorcier. « Et vous avez des problèmes. »

Voilà comment j'ai été arrêté et détenu au camp de base de l'expédition, jusqu'à l'arrivée d'un autre dirigeable de réapprovisionnement, attaché et sévèrement averti et remis en place par Kubel et d'autres chefs de l'expédition. Viria est venue me rendre visite, mais elle n'avait pas plus d'idée que Barzon à propos de cette île et d'où elle venait, et elle a affirmé que personne d'autre dans l'expédition n'en savait plus. La seule chose qu'ils apprirent vite était que c'était dangereux. J'étais d'accord avec elle.

-Gavrel.

Des nouvelles sont arrivés au Faucon, pendant que Gavrel était sur la mystérieuse nouvelle île, l'expédition a été attaquée par la faune locale, l'assaut semblait dirigé par des démons. De nombreux membres de l'expédition ont été tués, y compris la majorité des combattants envoyés pour protéger les chercheurs. Elleon figure parmi les survivants, mais Kubel est porté disparu et présumé mort.
Précédent
Le Destin des Damnés

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Tera ?

499 aiment, 142 pas.
Note moyenne : (696 évaluations | 44 critiques)
6,5 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Tera: The Exiled Realm of Arborea
(329 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

416 joliens y jouent, 961 y ont joué.