« Il y a encore de la place pour les MMO novateurs »

On dit parfois le marché du MMO saturé. Pour Patrick Wyatt, les titres « novateurs, de qualité et qui se donnent du temps » ont des places à prendre. Et Tera veut manifestement la sienne en Occident.
« Il y a encore de la place pour les MMO novateurs »

Après être passé chez Blizzard, NCsoft ou encore avoir fondé le studio ArenaNet à l'origine de Guild Wars, Patrick Wyatt est aujourd'hui directeur général du studio En Masse, l'éditeur occidental de Tera Online. Et manifestement, il croit beaucoup au potentiel de son MMORPG en Occident.

Dans un entretien accordé à Computer and Video games, Patrick Wyatt indique ne pas considérer Tera Online comme un jeu de niche. Le jeu entend même « s'arroger un bon gros morceau bien sanglant du marché » des MMOG, en allant chercher les joueurs chez la concurrence pour leur proposer « quelque chose de novateur et de rafraîchissant », mais aussi en faisant « découvrir l'expérience du MMO » à des joueurs qui l'ignoraient, comme « les joueurs de jeux de rôle d'action sur console » (dans Tera, le gameplay est dynamique et sans ciblage, à l'image de certains jeux solos).

TERA_Announce_3.jpg
Boss de pierre et de feu

Pour atteindre l'objectif, Patrick Wyatt compte sur la localisation occidentale du jeu (« moins de grind, plus de quêtes pour progresser », notamment) et sur les qualités intrinsèques de Tera, qui répondent à un triple axiome : d'abord proposer du contenu déjà connu, ensuite du contenu inédit et enfin respecter le principe de la « masse critique » cher à Blizzard.
Plus concrètement, le joueur doit d'abord évoluer en terrain connu et retrouver les codes traditionnels du MMO (selon Wyatt, les développeurs de Tera chez Bluehole, qui signaient déjà Lineage II, les maîtrisent parfaitement). Le jeu doit ensuite proposer également du contenu novateur qu'on ne trouve pas chez la concurrence (sinon les joueurs restent dans les communautés bien établies de la concurrence - pour les faire venir, le gameplay dynamique de Tera doit être cette touche novatrice). Enfin, le jeu doit respecter le principe de « masse critique » imaginé par Blizzard pour World of Warcraft, voulant que chaque zone soit toujours être suffisamment peuplée pour que le joueur puisse trouver des coéquipiers (pour faire un donjon, finir une quête, progresser en artisanat, etc.). Le principe suppose notamment la conception d'outils spécifiques, une attention particulière portée à la structure de l'univers et une présence forte des équipes communautaires susceptibles d'écouter et répondre aux joueurs.
Fort de ce triptyque, selon Wyatt, Tera: The Exiled Realm of Arborea a les armes pour connaître le succès... et s'imposer comme le prochain WoW killer ? Pour avoir été le producteur et lead programmer du premier Warcraft, Patrick Wyatt « trouverait énorme de pouvoir taquiner World of Warcraft » mais a aussi conscience que le succès de WOW s'est notamment construit sur la popularité de Blizzard et de la franchise Warcraft dont ne peut pas (encore) se prévaloir Tera. Il faudra manifestement donc se montrer modeste.

Réactions (66)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Tera ?

499 aiment, 142 pas.
Note moyenne : (696 évaluations | 44 critiques)
6,5 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Tera: The Exiled Realm of Arborea
(329 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

416 joliens y jouent, 961 y ont joué.