GamesCom 2010 : Démonstration de Tera, rencontre avec le producteur Harns Kim

Tera était présenté pour la première fois en Europe dans le cadre de la GamesCom. Nous en avons profité pour rencontrer Harns Kim, producteur du MMORG chez le coréen Bluehole.

Nous ne pouvions pas passer à coté de la GamesCom de Cologne, le grand festival européen du jeu vidéo, ne serait-ce que pour voir Tera Online et les hôtesses du stand de Frogster. Alors que l'E3 fut assez pauvre en nouveautés, la GamesCom, au contraire, nous a permis d'en apprendre plus sur le MMORPG de Coréen Bluehole et sa gestion européenne par Frogster.
Pour de nombreux joueurs européens, la GamesCom de Cologne aura été l'occasion de découvrir Tera Online pour la première fois, que ce soit en testant le jeu sur place ou au travers de la première bande-annonce francophone du MMO.

Tera, un monde... beauuuuuu

Premier test, premières impressions : Tera, c'est génial ! Le MMORPG de Bluehole plonge le joueur dans un univers fantastique, entièrement en vraie 3D, s'appuyant graphiquement sur l'Unreal Engine 3 d'Epic. Concrètement et à l'écran, la distance de vue est gigantesque, les détails omniprésents et l'univers magnifique. Chaque élément visible à l'écran, même au loin, peut être visité. Et la carte, elle aussi, est immense (selon les équipes de Frogster, plus d'une heure réelle est nécessaire pour traverser le monde de part en part). Et heureusement, une foule de moyens de transports est mis à la disposition des joueurs pour se déplacer. Chaque zone du jeu doit être accessible en moins de cinq minutes.

À pied, en montures, en Pégase ou encore via la téléportation, tout est bon pour se déplacer dans TERA. Les montures terrestres seront ainsi présentes et à terme, des montures volantes sont également à l'étude. Le pégase prend la forme d'un système de déplacement rapide (scripté et suivant un parcours prédéfini) entre les principales villes et villages. Des plateformes Pégasus sont ainsi implantées dans les villes et c'est de ce lieu que l'on peut prendre un Pégase pour rejoindre une autre ville. Le système de téléportation est plus complexe : il permet de se déplacer en sens unique dans les différentes zones de la carte en parlant à un PNJ depuis un village ou une ville.
À noter également que le prêtre possède lui aussi un sort de téléportation, et qu'il y aura des parchemins de téléportations liés à une ville, qui vous téléporteront à cette ville quelque soit votre position sur la carte, que vous soyez sur l'un ou l'autre des continents.

Affrontements entre joueurs et face à l'environnement

On le sait, l'un des atouts de Tera est son système de combats dynamiques et sans ciblage. Le joueur déplace son personnage et utilise ses compétences au clavier, mais cible ses adversaires à l'aide de la souris. Au combat, personnages et monstres sont donc perpétuellement en mouvement, pour tenter de placer une attaque ou esquiver les coups adverses.

Des affrontements que l'on retrouve notamment dans les donjons du jeu (Tera devrait en compter une vingtaine pour le lancement). Pour la première fois lors de la GamesCom, les équipes communautaires de Tera dévoilaient un premier donjon. Et on note d'abord qu'ils seront ouverts (donc non instanciés) et que les affrontements entre joueurs (PvP) y seront possibles, du moins sur les serveurs PvP. Un groupe de joueurs à l'assaut d'un donjon, de ses bosses et mini bosses, pourra donc croiser à tout moment une guilde adverse et engager le combat.
Des donjons instanciés sont par ailleurs également en préparation et concerneraient des donjons de type Raid (un grand nombre de joueurs à l'assaut d'un adversaire épique).

Les guildes et le système politique de Tera

La démonstration de la GamesCom aura également été l'occasion d'en apprendre plus sur la place des guildes, notamment dans le système politique de Tera.
On note d'abord que les maisons de guildes seront présentes dès le début du jeu, et personnalisables. Ces dernières seront accessibles dans les cinq capitales prévues pour l'instant (Castanica, Velika, Poporia, celle des Hauts elfes et celle des Amans). Bien que nombreuses, leur nombre sera limité. Pour éviter qu'une guilde inactive ne conserve ad vitam aeternam l'une de ces maisons, un loyer sera prélevé tous les mois en plus du prix d'achat. Un système d'enchères sera aussi mis en place pour la revente de ces maisons. On peut donc parler d'une sorte de marché de l'immobilier.

Jusqu'à présent Bluehole avait par ailleurs très peu parlé du système politique de Tera et de ses composantes. Durant la GamesCom, nous avons quand même eu droit à quelques informations à ce propos. Le mécanisme reposerait sur deux acteurs principaux : les Vanarques et les Exarques.
Dans le cadre de ce système politique, les guildes s'affilient à une ville ou un village et sont alors représentées par le Vanarque de la contrée concernée. Devenir Vanarque ne sera néanmoins pas chose aisée. Ils prennent en effet leur fonction :

  • En se faisant élire par les joueurs affiliés à la région ;
  • Grâce à leurs victoires en PvP (affrontements entre joueurs) ;
  • Ou dans le cadre de tournoi en battleground.

En tant que représentant de chaque région, les Vanarques ont notamment pour rôle d'élire ensuite l'Exarque ayant des responsabilités à l'échelle d'un continent. Il dispose de différents privilèges comme déterminer le montant des taxes prélevées sur les transactions réalisées dans sa circonscription (pouvant donc imposer des taxes élevées et collecter des sommes importantes au risque de devenir impopulaire ou au contraire imposer modérément les achats des autres joueurs pour assurer sa réélection) ou encore le temps de réapparition des monstres selon les zones sous son influence (des monstres nombreux dans les zones bas niveau pour attitrer les nouveaux joueurs ou au contraire dans les zones haut niveau pour assurer des loots nombreux aux vétérans).

Le système d'artisanat et les ressources

A ce jour, le système d'artisanat est toujours à l'étude et reste encore vague. Pour autant, nous en savons un peu plus sur les ressources qui lui seront nécessaires. Elles sont au nombre de quatre et permettront de récolter différents matériaux présents dans le monde de Tera. On trouvera ainsi le minage, la cueillette mais aussi la capture d'insectes ou encore l'extraction d'énergie à partir de cristaux présents un peu partout sur la carte.

L'interface

La démonstration de la GamesCom aura également permis d'apercevoir l'interface de jeu de plus près. Tera dispose d'une interface simple dont l'ensemble des éléments peut être déplacé et repositionné à loisir. Cette interface pourra en outre être enrichie avec de nouveaux éléments créés par la communauté sous forme d'add-on.

  • 1. Les barres de vie et de mana
    Elles sont situées en haut de l'écran, de manière visible. Elles donnent une indication très précise sur l'état du personnage. Les améliorations d'état provenant de sorts alliés viennent se positionner en bas à gauche de ces barres. Les altérations d'état provenant de sorts ennemis se placeront en haut à droite des barres. À noter la présence d'un coeur à l'extrémité gauche des barres correspondant au moral du personnage.
  • 2. Les barres de compétences
    On peut remarquer la présence de trois barres en bas de l'écran, destinées à recevoir les compétences du joueur. Chacune de ces barres peut supporter au maximum six cases, soit six compétences.
  • 3. Le radar et le suivi des quêtes
    Placé en haut à droite de l'écran, ce dispositif vous permet de repérer rapidement les PNJ, les monstres vous attaquant et les ressources que vous pouvez collecter. Le descriptif des quêtes est là pour vous donner une indication sur l'état d'avancement de celles-ci.
  • 4. La mini-map
    Placée juste à coté du suivi des quêtes, elle vous permet de repérer les différents points clefs de la carte pour y accéder plus rapidement.

Occidentalisation

La découverte de la version européenne de Tera aura été l'occasion de noter quelques détails quant à l'occidentalisation du MMORPG coréen. On constate par exemple que la classe du « slayer » est officiellement rebaptisée « Pourfendeur » dans la version francophone.
Mais la localisation ne se limite pas à la traduction du jeu. C'est bien connu, si en Orient les PNJ se contentent souvent de demander au joueur « d'allez tuer dix lapins », en Occident, on préfère que les PNJ nous disent : « Mon Seigneur organise ce soir un banquet. Il m'a chargé de le préparer, mais je n'ai pas eu le temps d'aller chasser du lapin. Pourriez-vous s'il vous plaît m'en rapporter une dizaine ? Je vous les paierai ». On comprend là que la traduction des textes des quêtes ne sera pas une simple traduction littérale de la version coréenne, mais bel et bien une localisation, c'est-à-dire une réécriture complète afin de rendre l'univers plus immersif et améliorer les dialogues entre le joueur et les PNJ. Certaines quêtes pourraient même faire l'objet d'une refonte complète pour mieux répondre aux attentes des joueurs occidentaux.

En matière de design, l'occidentalisation a apporté une personnalisation plus poussée des personnages, ainsi qu'une légère modification des visages : les visages de la version occidentale seront moins « manga » que ceux de la version coréenne. Mais la différence reste très subtile, et même avec une capture d'écran de chaque pour comparer, la différence ne saute pas aux yeux.

Classification 12 ans et plus

Une localisation qui passe aussi par la classification du jeu en Europe. Pour mémoire, en Corée du Sud, Tera est actuellement réservé aux joueurs adultes (18 ans et plus). Soumise à la sagacité de l'USK, le système de classification des jeux en Allemagne, Tera est « déconseillé au moins de 12 ans » en pays teuton, sans que la moindre modification ait été apportée au jeu, ni dans son contenu, ni dans ses textures. Et de ce que l'on a pu voir, c'est bien le cas. Les demoiselles Castanics ont toujours leurs tenues ultra sexy, du sang rouge tache le sol après votre passage et les poitrines des statues sont toujours aussi dénudées...

Entretien avec Harns Kim, producteur senior de Tera

Mais nous avons surtout profité de la GamesCom pour rencontrer Harns Kim, le producteur senior de Tera Online au sein du studio coréen Bluehole. Il a accepté de répondre à nos questions axées sur le développement du MMORPG : le public spécifiquement ciblé par Tera, les différences entre joueurs européens et coréens, la possibilité de porter Tera sur console, mais aussi la place du PvP (et de la compétition entre joueurs), la localisation en plusieurs langues ou encore le contenu « end-game » de Tera Online.

Nous en profitons pour remercier Frogster et ses équipes (notamment Sébastien Pacetti et Pierre Poinsenet) pour leur accueil. Sans oublier Jason Mical, Brian Knox et Harns Kim qui ont fait le déplacement à la GamesCom spécialement pour nous en mettre plein les yeux. Un grand merci également à nos envoyés spéciaux de charme et de choc Bellandy et Gectou4, pour leur marathon tout au long de la GamesCom !

Réactions (117)


Que pensez-vous de Tera ?

498 aiment, 142 pas.
Note moyenne : (695 évaluations | 44 critiques)
6,5 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de Tera: The Exiled Realm of Arborea
(329 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

417 joliens y jouent, 961 y ont joué.