Kaiator

La guerre est omniprésente à Kaiator. Dans les rues inondées de soleil et les vertes et vastes plaines de Velika, il est possible d’oublier la guerre, mais jamais à Kaiator. Il existe plusieurs types de beauté : la beauté classique et romantique de Velika, l’imposante architecture de cour d’Allemantheia. Les Amans comparent Velika à un pot en terre et Allemantheia à un verre en cristal, mais pour eux, Kaiator est un chaudron d’acier.

Tout comme les Amans, Kaiator tire sa beauté de sa force indomptable, sa puissante structure d’acier, ses tours illuminées, et ses fleuves de magma (canalisés pour alimenter de gargantuesques forges) qui remplissent un dôme s’élevant vers les cieux. Loin au dessus, une immense statue de la déesse protectrice de la ville, Kaia, brille dans les ténèbres. Après des millénaire d’esclavage magique par les géants, la liberté est pour les Amans la plus grande des valeurs – une vertu pour laquelle on peut combattre et mourir, comme ce fut le cas pour bien des Amans.

Histoire

Kaiator est l'imposante forteresse construite par les Amans en l'honneur de la déesse Kaia, qui les sauva de leur triste destinée. Cette déesse occupe une grande place au sein de la cité Amane. En effet on la trouve partout, car sans son intervention et sa grande bienveillance, les Amans ne se seraient jamais relevés d'une si sombre histoire.

Lorsque la malédiction de leurs dieux protecteurs tomba sur les Humains, les empires Amans et Deva se disputèrent les terres des Humains dans une guerre qui affaiblit les deux camps. Malheureusement pour les Amans, les puissants géants décidèrent que les soldats Amans pourraient leurs être utiles. Ils réduisirent la race entière à l’esclavage, les enchaînant grâce à un Sceau d’obéissance inaltérable afin de garantir leur loyauté.

Pendant mille ans, les Amans combattirent pour les géants et achevèrent leurs basses et dangereuses besognes. Les géants élevèrent les Amans afin de les rendre plus forts, leur loyauté étant garantie par un sort absolument indéfectible.
La consternante arrogance des géants offensa les dieux, qui détruisirent leur empire sacré en un seul jour. Mais même la colère des dieux ne put libérer les Amans du sort qui les rendait esclaves. Un nombre incalculable d’entre eux périrent en défendant leurs maîtres tant haïs. Les survivants durent s’exiler dans les terres désolées et glaciales du Nord de Shara.

Alors que les géants conspiraient pour reconstruire leur empire, les Amans prièrent pour leur délivrance. Leurs propres dieux les ayant abandonnés depuis longtemps, c’est Kaia qui les prit en pitié et implora Lok d’intervenir. Lok et ses artisans Deva ne purent résister à l’énigme de ce sceau inaltérable. Après trois ans de travail acharné, Lok donna aux Amans la clé de leur délivrance. Les géants découvrirent la puissance des guerriers qu’ils avaient eux-mêmes créés – lestes, fort, intelligents et entraînés, les Amans chassèrent les géants, détruisirent leurs constructions et rebâtirent une nouvelle ville, la nommant Kaiator en l’honneur de leur sauveur.

Le siège

Kaiator, rocher contre lequel toutes les vagues se brisent, personnifie le serment fait par les Amans de ne plus jamais être enchaînés. L’invasion des Argons prit le royaume du Nord de Shara par surprise. De terrible machines de guerre surgirent du sol, dépassant en puissance tout ce qui existait alors dans le nord. La première vague d’attaque ne laissait souvent pas aux victimes le temps de réaliser que d’autres vagues suivaient. Les réfugiés furent si nombreux qu’ils commencèrent à emplir les bois et les champs environnant. Kaiator, puissante forteresse endurcie à travers les siècles, aurait pu fermer ses imposantes herses métalliques aux réfugiés et les laisser continuer leur chemin. Mais au lieu de cela, ils proposèrent le gîte à ceux qui pourraient combattre pour le mériter, et offrirent aux autres de l’eau potable hydrothermale, des rations et une route sûre vers le sud, dans la mesure du possible. Cette approche généreuse, équitable et pratique offrit à la ville de nouveaux citoyens encore plus dévoués et tenaces, prêt à défendre les murs contre le siège des Argons.

Les argons ne purent pénétrer qu’une fois dans la ville. La déesse Kaia avait depuis longtemps mis en place des classes de combat pour les jeunes Amans sur la place centrale de la ville. Les novices pouvaient y parfaire leurs compétences sans crainte de gêner les soldats, occupés sur les lointains remparts extérieurs. Lorsque la foreuse des Argons perça les dalles, les étudiants réagirent avec précision. Les coureurs se précipitèrent vers les baraquements, lançant l’alarme en chemin. Les maîtres se jetèrent sur les Argons, soutenus par leurs étudiants.

Alors que les artisans des fonderies environnantes accouraient, un nuage visqueux de gaz bleu-noir s’échappa de la foreuse, se répandant comme de l’eau sur le sol, remplissant rapidement la cour centrale. Cette forme concentrée de l’atmosphère natale des Argons brûla les peaux et consuma les poumons des Amans. Les artisans foncèrent pour défendre Kaia jusqu’à tomber les yeux en sang, ou mourir. Mais les étudiants restèrent. Au cœur du nuage létal, ils bloquèrent les sources du gaz avec leurs corps, en les martelant, en les pliants ou en les obstruant avec des haillons, sauvant ainsi la ville et protégeant sa liberté. Plusieurs centaines d’artisans et d’étudiants périrent sur la place. Une centaine de soldats trépassèrent dans les tunnels sous la ville, chassant les Argons avant que d’autres foreuses ne puissent passer. Seuls cinq étudiants survécurent.

Kaiator de nos jours

L’histoire de la brèche fut sans doute un facteur décisif dans la requête de Gallian, de Velika, pour une stratégie défensive contre les Argons. Aujourd’hui, Kaiator est le fer de lance de la Fédération Valkyon. C’est la plus grande ville du Nord de Shara et l’origine des meilleures armures et armes faites par des mortels. L’imposante herse métallique et le Chemin de l’envol du Pégase bien gardé protègent les nombreuses caravanes et recrues militaires qui sillonnent la région. Les soldats remplissent les rues, mais il y a aussi de nombreux artisans et marchands. Vous pourrez aussi apercevoir de jeunes Amans monter les escaliers en courant, des seaux d’eau à la main pour les forges, ou se tenant simplement en état de méditation pour mériter l’honneur de recevoir l’enseignement de Kaia, qui encore à ce jour instruit les étudiants.

Kaiator est le dernier arrêt pour les soldats, aussi bien avant mais surtout après les combats. Les dépouilles des héros tombés au champ d’honneur sont incinérées dans sa plus vaste fonderie, le Chaudron. Cette tradition a débuté avec ceux qui sont morts durant la brèche ; Les noms de ceux qui y sont incinérés est gravé sur les boulons ou les rivets qui seront incorporés dans les murs et les contreforts colossaux de la ville. Depuis la brèche, beaucoup de noms de Castanics, de Poporis, d’Humains et même d’Elfes ont ainsi été listés, mais seuls deux Barakas ont reçu cet honneur : Kulmar et Bororu, un couple marié et qui travaillaient aux forges le jour de la brèche. Il est remarquable que ces deux cousins de géants soient ainsi commémorés.

Pour bien vivre à Kaiator, il faut vivre comme un Aman, combattre pour sa liberté et défendre son voisin comme on se défendrait soi-même. Les Amans ne tolèrent pas la domination des faibles par les plus forts. Le pouvoir s’acquiert uniquement par la loyauté et les connaissances. C’est un endroit sans pitié, mais où règne la camaraderie, et bien des opportunités s’offrent à ceux qui s’en montrent dignes. Il est très dangereux d’être un voleur à Kaiator, mais pas impossible. Il n’est pas toujours honteux de tirer profit de sa ruse, mais le vol est une rupture de confiance et est considéré comme un grand déshonneur. Toutes les races y sont les bienvenues, bien que les Barakas y soient regardés de travers.

Kaiator est un endroit parfait pour se perfectionner au combat. On s’y rend pour apprendre à défendre son peuple et pour se fortifier. Ceux qui y restent le font au nom de la liberté et parce que la dignité, l’honneur et la richesse ont plus de sens lorsque l’on est uni pour les obtenir.

Géographie

Cette forteresse qui abrite une importante population, s'érigea comme un rempart au nord du continent de Shara ; un bastion protecteur, une muraille défensive qui permet à l'alliance de voir venir les ennemis et notamment les envahisseurs venus d'ailleurs, "Les Argons". Cette cité reflète bien le caractère de la race Aman : toujours en première ligne, prête à se sacrifier pour le salut des générations futures et la préservation de la paix.

Précédent
Allemantheia

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Tera ?

499 aiment, 142 pas.
Note moyenne : (696 évaluations | 44 critiques)
6,5 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Tera: The Exiled Realm of Arborea
(329 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

416 joliens y jouent, 961 y ont joué.